Make your own free website on Tripod.com
Les Butia.



   Le genre Butia comprend huit espèces de palmiers se regroupant tous dans le centre de l'Amérique du sud et sont très caractéristiques par leurs palmes très arquées qui sont de la plus grande esthétique.
Tous portent des fruits globuleux  et charnus renfermant beaucoup de sucre, et peuvent être consommés crus ou cuits.
Les stipes colonnaires se dégarnissent de leurs bases foliaires après de nombreuses années pour laisser un tronc lisse.  




Butia capitata. (palmier à gelée)

Description générale:

   Butia capitata est un des rares palmiers à feuilles pennées que l'on peut sérieusement insérer au jardin, il est originaire du Brésil où il croît en climat aride mais à besoin d'irrigation pour se développer.
Il est assez rustique jusqu'à -12°C voir moins si il est protégé contre les pluies hivernales dans un sol bien drainé.
Ses palmes recourbées vers le bas d'un vert cireux, ont un air très exotique.
Actuellement il tend à être remplacé par son proche parent, Butia eriospatha qui se montre moins capricieux à l'humidité hivernale.

Fleurs et fruits:

   Butia capitata fleurit par de grandes hampes florales dressées sortant de spathes ligneuses à la base du feuillage, couvertes d'une multitude de petites fleurs blanches parfumées.
Les fruits ressemblent à de petits abricots juteux sucrés et parfumés surtout utilisés à la confection de confitures et de vins.
Ils contiennent une graine ressemblant à une mini noix de coco sphérique lisse et divisée en trois quartiers.

Morphologie:

   Le stipe conserve indéfiniment les bases foliaires des anciennes palmes et il peut être taillé à la manière des Phoenix canariensis.
Les feuilles sont pennées d'un vert cireux et particulièrement recourbées vers le bas ce qui fait la caractéristique du genre. Les pétioles plutôt courts.
Le stipe est massif et garde les bases foliaires, il peut faire six mètres de hauteur

Culture:

   Le feuillage étant assez tendre, il peut être facilement abimé par le vent, un endroit abrité des vents violents est préférable.
Dans nos régions particulièrement humides et froides qui ne correspond pas du tout à son habitat d'origine, il faut prévoir de drainer le sol sur un mètre de profondeur avec du sable de rivière et de la roche volcanique mélangés à la terre.
Il se développe plutôt lentement dans ses premières années de plantation surtout si les étés sont courts et trop frais.
Il faut rechercher l'endroit le moins exposé aux vent du nord et d'est pour lui assurer un maximum de chances.
Aussi il faut impérativement le couvrir d'un toit et d'un voile d'hivernage sans quoi l'hiver lui sera pénible, (voir la section hivernage et soins - sections "palmiers pour climat aride")

Danger:

   Les épines sur les pétioles des palmes acérées.

Commentaire:

   Ce palmier est facile à se procurer mais il reste cher de par sa lenteur de croissance,  il faut quand même se procurer un sujet de belle taille pour être sur de son aptitude d'acclimatation.

zone USDA 8-11

butia capitata jeune butia capitata adulte
Expérience de culture:

   J'ai planté un Butia capitata que l'on voit sur la photo de gauche au printemps 2007, sur une butte surplombant un drainage de un mètre cube environ de sable et de roche volcanique mélangés à la terre.
Il à subi la terrible vague de froid de l'hiver 2008-2009 où la température extérieure à son emplacement est descendue à -21°C après deux semaines de gelées permanentes.
Il avait été protégé par une hutte, un voile d'hivernage et une guirlande lumineuse.
Sa lance était détachable et il à bien failli y passer, j'ai alors décidé de le décapiter juste au dessus du cœur à la tronçonneuse pour éviter que l'accumulation d'eau dans le trou béant ne l'achève.
Il à reformé un nouveau cœur et à fait une mini palme durant l'été 2009, il est maintenant facile à protéger pour ce nouvel hiver, il à peut-être des chances de s'en remettre.

Dans son malheur il à quand même fait preuve d'une incroyable performance je trouve.

A suivre ....


Haut de page


Butia eriospatha. (Butia laineux)

Description générale:

   Butia eriospatha est comme Butia capitata originaire du Brésil en climat aride et plutôt en sol pauvre et sableux. Il lui ressemble très fort.
Les collectionneurs s'accordent à dire qu'il pourrait être un peu plus résistant au froid que Butia capitata mais surtout plus résistant à l'humidité ce qui en fait un avantage certain sous notre climat aux hivers humides.
Comme lui il aime les sols bien drainés et nécessite une bonne protection hivernale.

Fleurs et fruits:

   Butia eriospatha fleurit par de grandes hampes florales dressées sortant de spathes ligneuses à la base du feuillage, couvertes d'une multitude de petites fleurs rouges parfumées.
Les fruits ressemblent à de petits abricots jaunes juteux .
Ils contiennent une graine ressemblant à une mini noix de coco plus ovoïde que celle de Butia capitata lisse et divisée en trois quartiers.

Morphologie:

Le stipe conserve indéfiniment les bases foliaires des anciennes palmes et il peut être taillé à la manière des Phoenix canariensis.
Les feuilles sont pennées bleutées aux pétioles courts particulièrement recourbées vers le bas ce qui fait la caractéristique du genre.
Le tronc est massif et garde les bases foliaires, il peut faire huit mètres de hauteur

Culture:

   Le feuillage étant assez tendre, il peut être facilement abimé par le vent, un endroit abrité des vents violents est préférable.
Dans nos régions particulièrement humides et froides qui ne correspond pas du tout à son habitat d'origine, il faut prévoir de drainer le sol sur un mètre de profondeur avec du sable de rivière et de la roche volcanique mélangés à la terre.
Il se développe plutôt lentement dans ses premières années de plantation surtout si les étés sont courts et trop frais. Mais à l'age juvénile après une bonne implantation il accélère sensiblement.
Il faut rechercher l'endroit le moins exposé aux vent du nord et d'est pour lui assurer un maximum de chances.
Aussi il faut impérativement le couvrir d'un toit et d'un voile d'hivernage sans quoi l'hiver lui sera pénible, (voir la section hivernage et soins - sections "palmiers pour climat aride")

Danger:

   Les épines sur les pétioles des palmes sont acérées.

Commentaire:

   Ce palmier est difficile à trouver en taille raisonnable,  il faut quand même se procurer un sujet de belle taille pour être sur de son aptitude d'acclimatation.
Il est à préférer à Butia capitata car il est plus tolérant à l'humidité hivernale.

zone USDA 8-11

Butia eriospatha

Haut de page

Butia yatay.

Description générale:

   Butia yatay est originaire du Brésil d'Uruguay et de l'Argentine, ils ont pour habitude de pousser en sol sabloneux et sec sous un climat aride.
Les Butia sont décidément bien difficiles à différencier, toujours les mêmes caractéristiques à peu de choses près sur cette espèce également.

Fleurs et fruits:

   Il produit de grandes hampes florales très ramifiées  aux petites fleurs violettes,  les fruits sont comestibles de couleur orangées, plutôt allongés.
Les graines sont alongées, la coquille est divisées par trois soudures sur la longueur.

Culture:

   Les feuilles sont pennées et très arquées, bleutées comme à l'habitude des Butia, le stipe peut atteindre de six à dix mètres de hauteur en fonction de ses conditions de vie, il garde les bases foliaires en formant ce stipe caractéristique brut.
Sa rusticité est un peu moins bonne que Butia capitata et Butia eriospatha, sa sensibilité à l'humidité hivernale est pareille à celle de Butia capitata.
Il faut rechercher l'endroit le moins exposé aux vent du nord et d'est pour lui assurer un maximum de chances.
Aussi il faut impérativement le couvrir d'un toit et d'un voile d'hivernage sans quoi l'hiver lui sera pénible, (voir la section hivernage et soins - sections "palmiers pour climat aride")

Danger:

   Les épines sur les pétioles des palmes sont acérées.

Commentaire:

   Ce palmier est très difficile à trouver en taille raisonnable,  il faut quand même se procurer un sujet de belle taille pour être sur de son aptitude d'acclimatation.

zone 8-11

Butia yatay

Haut de page